Invitation à fêter le 40e anniversaire de l’écomusée le 2 juin 2024...

mais ailleurs qu' à l'écomusée !

Le 1er juin 1984, l’Ecomusée d’Alsace ouvrait au public ses 17 premières maisons, sur un lieu qui n’était quatre ans auparavant qu’une lande brûlée par le sel de la mine de potasse voisine. Le 23 juin eut lieu l’inauguration officielle, en présence de Jack Lang ministre de la culture et Henri Goetschy, président du Conseil général du Haut-Rhin.

L’œuvre, forte d’engagements essentiellement bénévoles, avait certes pour objet de préserver de la destruction des maisons anciennes que l’on ne pouvait conserver à  leur emplacement d’origine et qui pour cette raison ont été démontées, transportées et reconstruites. Mais au-delà de cette dimension concrète, l’écomusée était dans l’esprit d’une époque : remise à l’honneur d’une culture populaire encore largement méprisée, utilisation du patrimoine comme support d’actions d’insertion et de formation de jeunes, recherche de formes de valorisation pédagogique, touristique et d’économie sociale respectueuses de l’essence de cet héritage.

Plus encore, cette redécouverte à l’initiative d’une association de jeunes rassembla d’autres générations, de tous horizons et de tous milieux. Elle démontra la capacité d’un groupe de personnes désintéressées d’entreprendre selon leur vision du bien commun, en suivant librement leur cœur et leurs intuitions, en un temps avide de démocratie, où s’inventait la décentralisation des institutions et où l’on voulait rapprocher les citoyens des décisions qui les concernaient.

Depuis ce mois de juin 1984 l’écomusée s’est beaucoup développé, dans les bonheurs et les crises. Celle de 2006 fut fatale, même si le musée perdure en format réduit sans vision, sans colonne vertébrale, et dans une inquiétante dérive culturelle.

Aujourd’hui peu de personnes peuvent témoigner, parce qu’elles en furent les acteurs,  des idées et des énergies qui suscitèrent une telle adhésion populaire alsacienne. Ces ouvrières et ouvriers de la première heure se retrouvent aujourd’hui autour du projet de fêter à leur façon ce 40e anniversaire, indépendamment des célébrations officielles qui se dérouleront à l’écomusée.

à Ungersheim, dans la maison des natures et des cultures

Sans autre ambition qu’offrir un temps de partage, cette fête ouverte à tous (sur réservation préalable) se tiendra à Ungersheim non loin de l’écomusée dans un nouveau lieu qui en prolonge l’esprit : la Maison des natures et des cultures et ses jardins. Là, ceux et celles curieux de se souvenir ou de connaître ce que fut cette aventure, en tirer peut-être une expérience pour aujourd’hui, pourront rencontrer autour d’un verre et des produits du four à pain quelques-uns des acteurs de 1984,  Paolo Canonico, Thierry Fischer, Christian Fuchs, Béatrice et Marc Grodwohl, Bénédicte Nyyssonen, Véronique et François Wurth…  Le film d’Olivier Favre « Il était une fois l’écomusée » sera projeté en continu.

 

Le  très beau film sur l'écomusée dans sa plénitude avant la crise de 2006

Grâce à Olivier Favre et Nicolas Froehner (DJLM-Films) , le film d'Olivier Favre (images de Paul Spengler) est à présent visible en ligne suivez ce lien.

Il témoigne de la richesse et du sérieux de l'écomusée avant son démembrement en septembre 2006

 

Inscrivez-vous sans tarder, nous vous attendons avec joie

 

  • Dimanche le 2 juin 2024 de 10 heures 30  à 18 heures, réservation indispensable avant le 20 mai par mail auprès de Véronique Wurth :  

wurth.veronique@gmail.com

  • Les informations  pratiques vous seront indiquées à réception de votre réservation. Gratuit, une corbeille circulera pour participation aux frais. 

 

La maison des natures et des cultures dans ces pages:

Un projet de construction en rondins bruts et torchis à Ungersheim

La maison des natures et des cultures d'Ungersheim, un émetteur poétique, un signal politique

Les travaux de la maison des natures et des cultures d'Ungersheim progresssent envers et contre tout

 

Le reportage de la fête du 2 juin 2024 par Géraldine Dreyer sur FR3 Alsace 

Nous remercions FR3 Alsace d'avoir couvert notre fête. Suivez ce lien pour visionner le reportage.

L'article de Florent Mathern dans l'Ami Hebdo

Suivez ce lien pour lire ce texte, dans lequel toute vérité est bonne à dire...