Les territoires de Gommersdorf

Le territoire de ce village est défini par ses relations avec les finages limitrophes; les anciennes frontières internes traduisaient la remarquable adaptation d'un site apparemment banal aux contraintes de l'agriculture communautaire.
La carte ci-dessous (figure 1) des bans communaux permet d’apprécier l’importance relative du ban communal de Gommersdorf et sa participation à ce qu’il est convenu d’appeler la couronne de 2e colonisation franque autour du carrefour de Dannemarie : Wolfersdorf, Gommersdorf, Ballersdorf et le village médiéval disparu de Metttersdorf (ou St- Martin).
Ce carrefour s’établit à l’intersection entre l’un des deux axes majeurs nord-sud du Sundgau, la vallée de la Largue, et la route ouest-est qui relie la Porte de Bougogne au Rhin à hauteur de Bâle. L’équivalence des bans de Wolfersdorf et Gommersdorf contraste avec la superficie de celui de Ballersdorf, représentant celle des deux villages précédents réunis.

 
Figure 1. un territoire calé sur le carrefour de Dannemarie : carte des limites communales
 
Nous commencerons notre tour des limites de Gommersdorf en abordant sa frontière avec Ballersdorf, puisque là se pose un problème évident. Après avoir poursuivi ce repérage des limites et de leurs portes, nous entrerons dans l’intérieur des terres du village, puis dans le village proprement dit.
Cette description se réfère essentiellement au village que j’ai connu au début de la décennie 1970, bien entendu complétée par les informations que j’ai pu obtenir depuis et l’évolution de mes centres d’intérêt.
Un village ne se réduit pas à une unité écologique assurant la subsistance de la communauté qui est légitime à se l’ approprier , par elle-même, par la reconnaissance de ses voisins et par l’autorité. Un village s’élabore aussi dans sa tradition autonome, c'est-à-dire le discours mouvant sur les liens qu’il entretient avec ses ancêtres. Une sorte de voyeurisme traqueur de « superstitions » a ravalé ce précieux patrimoine ethnologique au rang d’anecdotes ; leur publication parfois malhabile a choqué certains habitants de Gommersdorf : elles renvoyaient à une sorte d’arriération, pourtant contredite par les résultats brillants du village, en matière notamment de niveaux scolaires et de performance de l’agriculture. Pour cette raison, je m’interdis de publier pour l’instant les informations qui m’ont été confiées voici un tiers de siècle sur la façon dont le ciel, la terre et les eaux de Gommersdorf ont été habités par une légende, garante de la cohésion du groupe par delà les réseaux de solidarité grégaire et vivrière.
 
1. les limites du territoire
 
1.1.Le fantôme de Mettersdorf /St Martin
 
Gommersdorf ne dispose que d’un territoire relativement réduit (411 hectares). Robert Specklin (1964) a livré sa thèse sur la fondation de Gommersdorf « … les limites actuelles de Gommersdorf sont relativement récentes, tracées aux dépens de Haltingen à l’est, de Diethausen à l’ouest, et il est difficile de reconstituer le territoire primitif, très petit, qu’un troisième obstacle devait limiter encore : vers Hagenbach s’étendait une forêt qui fut défrichée par la suite.
Il semble donc que le fondateur du village, après s’être installé sur la croupe boisée, se soit taillé une place dans la forêt, en attendant que la clairière s’élargisse et qu’une communauté plus importante recueille l’héritage de voisines malchanceuses. Le caractère récent du village apparaît aussi dans la simplicité du plan, les fermes étant disposées le long de la route, forme typique des villages de défrichement. »
Le nombre record d’exploitations en activité dans le village après le remembrement, et restée constant depuis la fin du remembrement (17 exploitations à plein temps en 1971 et toujours 14 en 2007) explique que depuis une quarantaine d’années ceux de Gommersdorf, à l’étroit dans leur territoire, exploitent des terrains éloignés, dans les finages d’autres communes. Néanmoins cette expansion est beaucoup plus ancienne ; elle a permis aux exploitations de Gommersdorf de disposer, au moment du remembrement, de la taille critique et de la viabilité requises pour affronter les mutations de l’outil de production. Cette explication vaut en particulier pour Ballersdorf, dont la jeune génération décimée par les nazis a manqué pour assurer la relève des exploitations, à l’heure des grands changements.
Par ce tour des limites du finage, nous allons esquisser à grands traits quel est l’univers rapproché de Gommersdorf, et comment le village a, pour le peu que nous en savons, posé ses limites.

 
Figure 2: approche de la limite du ban de Gommersdorf avec celui de Ballersdorf, face aux hauts de St Martin (1973)
 
Cette vue (figure 2) a été prise depuis le Ballersdorferweg, seul axe transversal, grosso modo ,nord-ouest (derrière nous) / sud-est (devant nous) coupant le terroir et le village de Gommersdorf. Au premier plan, à gauche et à droite, la sole 1 du Plan de l’Intendance (1760) « Bergfeld und Mittelfeld ».
Au second plan de gauche à droite, la forêt qui est déjà sur le finage de Ballersdorf, une ferme « sortie d’exploitation », le GAEC Grieneisen, qui appartient encore à Gommersdorf, et l’on devine à l’extrême droite les arches du viaduc ferroviaire Paris-Mulhouse. L’alignement d’arbres à mi-hauteur du paysage indique la grande route stratégique Belfort-Huningue.
Au fond, la crête boisée signale le début d’un important massif forestier qui sépare les vallées de l’Ill (à gauche) et de la Largue (à droite), recouvrant une exceptionnelle concentration de villages disparus : Mettersdorf-St Martin au premier plan, St Léger et Ruelisbrunn.
Cette vue suggère l’importance du carrefour de Dannemarie, contrôlé au 7e siècle par les colonies franques de Wolfersdorf , Gommersdorf, Ballersdorf et Mettersdorf.

 
Figure 3 : vue sur Gommersdorf depuis les hauts de St Martin (1996)
 
La vue figure 3 est prise à peu près dans le même axe que la vue précédente, mais depuis le site du village déserté de Mettersdorf, dont subsiste l’église (chapelle) St Martin, datant dans son état actuel de la fin XVe -début XVIe s. Derrière la chapelle, la grande colline en herbe derrière laquelle s’étend Gommersdorf. A droite de la chapelle, on suit la déclivité du terrain qui conduit le ruisseau du Roeschbach jusqu’au site de l’établissement disparu de Haltingen. A peu près au centre, sur l’éminence la plus élevée, une tache plus claire signale l’église de Gildwiller sur-le-Mont. Au-delà, on devine les Hautes-Vosges.

Figure 4 : approche de la limite du ban de Gommersdorf avec celui de Ballersdorf, face aux hauts de St Martin (1973)
 
Cette vue (figure 4) est la suite de la figure 2, dans le même axe . A gauche on devienne le vallon dans lequel s’écoule le Roeschbach, qui prend sa source dans le val de Mettersdorf /St Martin, et qui fait limite avec Ballersdorf et à cet endroit, déjà avec Hagenbach. Ce creux correspond peu ou prou à l’emplacement de l’établissement disparu « Haltingen ».
La figure 5 ci-dessous associe des informations données par les « plans de l’Intendance » (vers 1760) de Gommersdorf et Ballersdorf, et nous montre les relations singulières de Gommersdorf avec son village-frère de Mettersdorf, disparu probablement lors des mortalités de la 1ère moitié du XIVe siècle. La dédicace à St Martin indique du reste un lieu stratégique au moins en matière de diffusion de la christianisation ; elle donne à penser que les hauts du village déserté recèlent des informations importantes sur l’organisation des colonies autour du carrefour de Dannemarie au haut Moyen-Age.

Figure 5 : la couverture forestière de Gommersdorf et Ballersdorf vers 1760 d’après les Plans de l’Intendance (tiré de Grodwohl, villages désertés, 1974)
 
Si le finage de Ballersdorf est vers 1760 deux fois plus important que celui de Gommersdorf, c’est qye ce village a réussi à s'accaparer la quasi-totalité du finage de Mettersdorf. Avant cette captation, les finages des trois villages frères sont grosso modo de surperficie équivalente. L’extension de Ballersdorf n’est sans doute pas allée de soi, car curieusement le plan de l’Intendance indique dans la forêt communale de Ballersdorf deux enclaves boisées appartenant à la communauté de Gommersdorf, au lieu dit « Buchheiteren ».
En suivant les requêtes à l’Intendance d’Alsace, puis au préfet, on s’aperçoit que Gommersdorf disposait de « trésors de guerre » (voire « prises de guerre » ?) tant prés que forêts sur le ban de Ballersdorf. En 1843, par exemple, la commune de Gommersdorf décide de vendre 1 ha 84 de forêt dans le Buchheiteren pour financer son projet de presbytère et de maison d’école.
Comme cela est assez courant dans les affaires d’accaparement de finages de villages disparus, trois vestiges de légendes (au moins) ont cours.
Le premier fragment de légende profite à Ballersdorf : « après la Guerre de trente ans, la dernière survivante de Mettersdorf s’est mariée à Ballersdorf et a y emmené avec elle les forêts du village déserté »
Le deuxième fragment met sur la voie d’un partage inéquitable: « deux personnes seulement survivaient à Mettersdorf après la destruction du village et se seraient mariées à Gommersdorf et Ballersdorf, chacune transférant aux villages d’accueil une part de forêt communale du village déserté ».
Le troisième fragment évoque l’exclusion : les habitants de Gommersdorf n’ayant pas accepté d’accueillir les survivants, c’est Ballersdorf qui en a récupéré le ban. La même version vaut pour la forêt du Pfertterwald, qui aurait été dévolue à Hagenbach, Gommersdorf n’ayant pas accepté de recevoir les survivants de Haltingen. Cette dernière légende est intéressante, puis qu’elle transpose sur un habitat –si habitat il y avait- disparu bien avant Mettersdorf : Mettersdorf a vraisemblablement été déserté lors des mortalités et crises agraires de la 1ère moitié du XIV e s. mais a gardé des traces visibles d’occupation -la chapelle- et des anomalies foncières (les forêts communales de Gommersdorf enclavées dans celles de Ballersdorf) qui justifient pleinement que la légende soit née, et ait été entretenue, conservée fragmentairement pour expliquer ces étrangetés.
 
 1.2. Le pont « maudit »
 
Nous avons évoqué le Roeschbach, qui prend sa source sur les hauts de Mettersdorf/St Martin pour former ensuite limite avec les finages de Ballersdorf et de Hagenbach. Le pont jeté sur ce ruisseau entre Hagenbach et Gommersdorf est une porte aussi symbolique que physique de Gommersdorf. Comme l’écrit Specklin (1964), la proximité de la colline du gibet de la seigneurie de Hagenbach , « ou butte du Galgenberg ne manque pas d’attirer l’attention…il suffit de quelques coïncidences pour créer le mythe de l’emplacement hanté ».
Dans son dernier état avant son remplacement (2002), le pont datait de 1860. Il réemployait la plupart des dalles funéraires de la famille noble de Hagenbach, et Christiane Gutknecht (2002) fait pertinemment le rapprochement entre le réemploi des tombes et la mauvaise réputation de cet endroit.
Cette mauvaise réputation est parfaitement justifiée par une série continue d’accidents. Selon Specklin (1964) « on cite une demi-douzaine de cas vérifiables s’échelonnant entre 1900 et 1950, concernant des charrettes de paysans ou des motocyclettes » Parmi les plus tragiques, celui qui frappe en 1902, Afred Couzy, un cultivateur d’Eteimbes venu cultiver les biens de sa mère et de ses oncles et tantes Haennig : les chevaux effrayés au passage du pont le renversèrent de sa voiture qui lui passa sur le corps.
Christiane Gutknecht (2002) mentionne 16 accidents entre 1982 et 2002, et reproduit la relation par la presse d’un terrible accident vers 1945 :
 « Un accident mortel a eu lieu sur la route entre Hagenbach et Gommersdorf. Joseph Freyburger de Gommersdorf venait de Soppe-le-bas avec une voiture chargée de meubles. Pour une raison inconnue, ses chevaux prirent peur. Joseph Freyburger se porta à leur tête et voulut les arrêter, mais tomba. Chevaux et voiture passèrent sur son corps. Joseph Fritsch qui l’accompagnait voulut le secourir, mais la voiture s’écrasa contre un arbre et Joseph Fritsch fut écrasé entre l’arbre et la voiture ».
Juché sur la limite d’un village qui ne fait pas partie de la « couronne franque » de Dannemarie, proche du gibet de ce village, réutilisant les pierres tombales des seigneurs justiciers, le pont a tout pour plaire. Selon Specklin, les chevaux sont souvent effrayés à cet endroit et c’est une indication qu’il ne faut pas rejeter car elle pourrait signaler un regroupement d’eaux souterraines. Christiane Gutknecht reconnaît, dans les malformations des arbres dans cette zone, des indices concordants avec cette thèse.
 
1.3. Les Hirtenmatten
 
Les Hirtenmatten, au nord du finage, et donc du pont « hanté » nous intéressent car ce segment de la limite n’est pas appuyé sur une frontière naturelle. Ces terrains sont indiqués comme « Rieth und Hirth alment » sur le plan de l’Intendance, ce qui outre le statut de communal, nous indique que c’est un endroit marécageux, identifié au berger dont la maison faisait borne et vigie sur un parcours qui devait se prolonger sur les bas-fonds de Buethwiller et de Hagenbach jusqu’en 1775.
A cette date, la commune est autorisée à la vendre, ainsi qu’un pâturage à Ballersdorf (encore…) pour financer la construction d’une nouvelle maison de berger et d’un corps de garde au centre du village ; la nouvelle maison du berger reste occupée par le titulaire de cet emploi communal jusqu’à l’épidémie de la douve du mouton en 1910. Bien que les troupeaux de Gommersdorf fussent, du moins à cette époque, constitués exclusivement de jeunes bovins, l’emploi de berger disparut faute de candidats.

1.4..Les Diethausen, la Largue et Dannemarie : les limites occidentales
Sur la rive ouest de la Largue, qui fait frontière avec Wolfersdorf, se trouve deux lieux-dits Diethausen, -le-haut et –le-bas.
Oberdiethausen est indiqué comme emplacement construit en 1760, et appartient au finage de Gommersdorf. On sait qu’il appartient à la seigneurie de Rougemont-le-Château et est exploité par un meunier de Gommersdorf en 1677, Mathieu Siess, qui le reconstruit après un incendie en 1676. En 1972, j’en ai encore vu les ruines au bord de la Largue. On me disait que ce moulin était exploité en dernier par la famille Linder, et effectivement cet endroit serait aussi appelé Martimehla, le Moulin Martin, du prénom de Martin Linder.
Les choses se compliquent un peu car d’autres appellent Moulin Martin le « Friburgsmehla », moulin Freyburger-Tschihart, aussi dénommé Diethausermehla, c'est-à-dire le moulin de Diethausen, en l’occurrence Oberdiethausen, moulin toujours debout entre Gommersdorf et Wolfersdorf mais sur le finage de ce dernier.

Figure 6 : extrait de la couverture aérienne IGN de 1949 sur laquelle apparaissent nettement (quart supérieur gauche de la photographie) les deux Diethausen, celui au nord, Niederditehausen étant déjà en ruines.
 
Je n’avais pas retenu Diethausen comme village attesté dans ma recherche sur les villages désertés en Haute-Alsace (1974) mais pour autant je ne vois rien qui s’oppose à la thèse de Specklin (1964) qui voit dans Diethausen un établissement du haut Moyen âge démembré au profit de Gommersdorf et Wolfersdorf.

Figure 7 : confluence des vallées du Traubach et de la Largue vue depuis Wolfersdorf en 2006

 
Sur la figure 7, on voit la vallée du Traubach, presque parfaitement plate, venant se fondre dans celle de la Largue, signalée par le rideau d’arbres. Au milieu de ce rideau, le moulin d’Oberdiethausen tourné vers Wolfersdorf, est une porte de Gommersdorf. Au-delà des arbres, on devine la première croupe sur la laquelle s’alignent Gommersdorf et Dannemarie. En arrière-plan, nous retrouvons un grand massif boisé qui sépare les vallées de l’Ill et de la Largue, prolongeant vers le nord de l’épaisse barrière à laquelle s’accroche Mettersdorf/St Martin au Sud.
 Ainsi se termine ce un rapide des limites de Gommerdorf. Nous voyons le territoire s’étager de la confluence du Traubach et de la Largue, point le plus bas, jusqu’à voisiner sans réussir à l’investir les grandes forêts d’altitude –toutes choses égales par ailleurs- séparant les grandes vallées : Largue et Ill. Les limites sont les cours et le grand axe de circulation qui traverse Dannemarie pour relier Belfort – et partir de là la vallée de la Saône- au Rhin à hauteur de Bâle. Axe ancien dont Gommersdorf est plus voisin que vigile, même si la colline du Barg ou Breitkopf est un observatoire remarquable : le Club Vosgien y a installé un point de vue d’où l’on peut découvrir 17 clochers.
Nous avons aussi repéré quelques points de franchissement, le pont hanté, les moulins, habités par des légendes.
Qu’en est-il de la frontière avec Dannemarie, la ville tellement proche de ce village –en partie du fait de cette proximité, par réaction – paroxysmique ? Cette frontière là n’est pas balisée à la limite des finages, mais à la fin de l’espace construit de Gommersdorf. Là se trouvait une chapelle Ste Croix, qui aurait été détruite à la Révolution, remplacée par une croix datée 1815 encadrée de deux tilleuls aujourd’hui disparus.

Figure 8 : la croix des tilleuls (1971)

Le village n’ayant pas de cimetière, les morts sont inhumés à la paroisse à Dannemarie. Lors des cortèges funèbres, leur cercueil quitte le village, porté par quatre hommes sur un brancard, qui font une halte marquée à la croix. Gommersdorf se trouve ainsi doté d’au moins deux portes : celle du pont de réputation sulfureuse, porte des morts violentes, et celle de la croix des tilleuls, porte d’adieu au village et d’envol de l’âme.
 
2.les frontières internes
 
2.1. Les terres


Figure 9 : données du Plan de l’Intendance vers 1760 reportées sur fonds de carte IGN/Club Vosgien
 
Sur le fond de carte sont reportées les données du plan de l’Intendance établi vers 1760. On voit y apparaître la position du village parfaitement centré dans le ban , à une altitude de 300 à 310 m.
Le point bas du ban est au nord, à la confluence de la Largue et du Traubach, à 285 m. Dans cette moitié Ouest du ban se trouve, dans le fond, le grand bloc des forêts (défrichées au moment de la création du canal napoléonien) et des prés. Ce grand bloc est relié au village par un cordon de prés qui bénéficiant des sources du Lischert et du déversement des fossés d’eaux eaux pluviales et usées du village.
A l’ouest, la « montagne », s’Barg », domine le village à une altitude de 323 m, et redescend ensuite vers la limite Sud du ban avec Ballersdorf à 305 m. Une dépression drainée par un fossé s’écoulant dans le Roeschbach déroule parallèlement au village un cordon de pâturages, partagés équitablement en quatre segments par trois chemins communaux.

Figure 10 (1972) : le côté est du village -haut (on voit dépasser à gauche le toit de la mairie école et à droite émerger la pointe du clocher). La dépression très marquée qui conduit les eaux vers le Roeschbach correspond aux pâturages communaux (cotés 22 sur le plan de l’Intendance, figure 7). Les vergers à l’arrière des granges sont encore très présents et l’on voit apparaître une première étable neuve en extension en profondeur d’une ferme.

Figure 11 (1972) : vue rapprochée du village –haut, centrée sur la mairie-école

Figure12 (2006) : le côté est du village-bas : toutes les fermes se sont développées en profondeur jusqu’à mordre sur la dépression des anciens communaux.

Le chemin le plus au nord (à l’extrême droite de la figure 9) conduit aux pâturages conquis tardivement sur la forêt (toponyme Waldburn) et à la forêt Zill défrichée sans doute au début du XIX es.
Au bord du Roeschbach, un cordon de prés reliant les pâturages vient former frontière avec Hagenbach, le long du Roeschbach.
Les terres labourables comportent 3 soles, celle du Bergfeld au point culminant du village, puis celle du Mittefeld de niveau avec le village au Nord et au sud, et enfin le Nierderfeld sur le talus descendant vers la Largue.
L’organisation du territoire est remarquablement adaptée aux contraintes du terrain et des règles de vie communautaire. Les cours d’eau naturels (Largue et Roeschbach en limite de ban) collectent les eaux de ruissellement et les sources très abondantes par un réseau de fossés, drainant la partie construite et les bas-fonds. Ce système hydrographique régulé le cas échéant par des vannes d’irrigation, constitue le réseau structurant les prés et pâturages : il autorise l’itinérance des troupeaux depuis le village sans conflit avec les trois blocs de terres labourables.

2.2. Le village

Nous avons évoqué ailleurs la perméabilité visuelle des cours privées depuis l’espace public, et même une certaine confusion entre eux. Même si elles ne sont pas identifiées physiquement, les limites sont connues de tous, et ce sont finalement les marquages implicites qui prévalent dans les champs qui s’étendent au village.
Dans ce monde où chacun connaît les limites, où chacun veille aux intrusions d’étrangers dans le village, les portails –c’était du moins le cas en 1972, il est vrai dans une période d’entre deux, ces limites peuvent s’avérer matériellement d’autant plus inexprimables que l’indivision ou la cohabitation sont très répandues.
Le plan d’alignement de 1855 (qui ne concerne que le bas et le centre du village) montre que sur 34 propriétaires de maisons riveraines de la rue principale, 13 partagent une entrée ou une cour commune : 38% c’est beaucoup même si ce n’est pas à première vue atypique pour le Sundgau.

Figure 13 : report des données du milieu du XIX e s. sur le cadastre actuel (nota : le village haut n’est pas documenté).

Chemins :A : Kirchfeld, B :Platzbaregweg, C : Kirchweg, D : Kirchgasslein, E : Rossgasse, F : Ballersdorferweg, G :Hohlgasslein, H : Bett auf die Nieder Allmend,
Bassins de lutte contre l’incendie : 6 et 9
Puits publics : 7 et 5
Chapelle : 1
Dépôt de la pompe à incendie : 2
Maison du berger communal : 3
Forge : 4
Forge et charron : 8
 
Nous avons traité ailleurs la bipolarité du village en village-haut et village-bas, séparés par une zone centrale, caractérisée au XIX es. Par :
-         la densité de petites constructions, principalement monobloc, devant et derrière la chapelle (rive ouest de la rue principale)
-         et en face, sur la rive est , des vergers et jardins, espaces faiblement construits venant l’alignement des fermes,
Nous avons vu dans cette autre étude que le quartier de la chapelle, tel qu’il se présentait au XIX et XXe s. résulte probablement du démembrement tardif d’un espace collectif (communal ? « mairie » colongère ?). Ce qui ne préjuge nullement de la situation médiévale.
Invisible de la rue principale, la chapelle n’est pas un marqueur d’une frontière interne. Mais, sur la rue principale, le quartier de la chapelle offre une front de fonctionnalités publiques qui induisent un paysage différencié : au XIX e s. ce front comprend la maison du berger communal, ramenée de l’extérieur du village à cet endroit en 1775, sous le prétexte que l’ancienne était distante et installée sur terrain marécageux.
A cette maison de berger il était prévu d’adjoindre un corps de garde –dont nous avons mention en 1852 en même temps que de la pompe à incendie-. L’installation de la nouvelle maison du berger en ce lieu n’est pas une simple commodité. D’une certaine façon, elle est aussi symbolique d’une reprise de contrôle par l’oligarchie des laboureurs, contestée par les artisans – gens de métier- et les manouvriers à la fin de la même décennie 1770. Le conflit porte sur l’accaparement des prairies communales par les laboureurs, et révèle sans doute un arrière plan de grignotage des droits de vaine pâture bénéficiant jusqu’alors aussi aux non laboureurs : ce qui ressort d’une mise au point lors d’un nouveau conflit en 1836 :
« …pas de tradition de vaine pâture, on la défendait par temps humide et tolérait par temps sec
-         pâturage sur le parcours communal continue, par le troupeau commun conduit par le pâtre
-         pâturage interdit en toute saison sur les chemins vicinaires ainsi que sur les fossés »
Aussi l’installation de la maison du berger communal à cet endroit précis du village au XVIIIe s., s’il est une borne d’une limite entre villages -haut et –bas, est aussi marqueur d’une frontière non seulement matérielle, mais aussi sociale entre les deux classes en tension sur l’espace vital.
A côté de la maison du berger communal se trouve la forge, espace privé certes, mais à vocation collective, renforcée par la proximité immédiate du puits communal.
Le village –bas, qui nous apparaît de plus en plus clairement comme le village médiéval comprend lui aussi plusieurs séquences ponctuées par la gestion de l’approvisionnement en eau, eau domestique avec les puits communaux certes, mais aussi et surtout réservoirs d’eau destinés à la lutte contre l’incendie, hantise d’un village dont au XIX e siècle nombre de toits sont couverts en chaume, ainsi que le dit un texte de 1804 : « « …de temps immérable (sic) 4 réservoirs d’eau qui se remplissent dans les cas de pluie et de dégel…en cas d’incendie. Lors de la Révolution, 2 réservoirs ont été totalement détruits et comblés par les propriétaires riverains. Les autres ne sont pas mieux…dangereux car il n’y a ni rivière ni fontaine dans le village ». Il faut attendre 1823 pour que de gros travaux soient entrepris et les devis portent sur « le renouvellement complet du puits communal devant la maison de Jean Sauner, 2 pièces de margelle en pierre de taille garnies de leur montant pour recevoir le clausoir (N° 5 du plan), le réservoir d’eau devant la maison d’Etienne Schirmer en moellons (N°6 du plan), le réservoir d’eau au bas du village (N° 9 du plan) et le réservoir d’eau au canton dit Bélig (derrière la chapelle que nous n’avons pas pu localiser plus précisément).
On constate, dans la partie documentée, une remarquable régularité dans la disposition en alternance des réservoirs et des puits, situés à équidistance de + ou – 130 mètres.
De part et d’autre de la rue, des fossés viennent collecter les eaux usées et les eaux pluviales, pour les diriger vers les prés du Lischert, puis vers la Largue.
Ce drainage superficiel ne réglait pas le problème de l’omniprésence des sources et de l’inondation conséquente des caves. Lors de travaux dans la maison « du bas » (7I) en 1974, on a pu constater à environ 1,50 m de profondeur une canalisation de drainage en terre cuite qui dérivait les eaux de la cave de cette maison vers les pâturages du Niederallmend.

Figures 15 et 16 : découverte fortuite d’une canalisation de drainage et relevé d’une poterie de canalisation

 
2.3. La mémoire des toponymes

 
Je dois à l’obligeance de M.M. Alex et Christian Haennig d’avoir pu recenser les toponymes encore présents dans leur mémoire, et qu’ils citent très spontanément alors que l’usage de nombre d’entre eux est périmé depuis le remembrement (1967-68)

Figure 17 : toponymes mémorisés par M.M. Alex et Christian Haennig (2007)
Marc Grodwohl
Janvier 2007

Print Friendly and PDF